COVID-19 : quand prendre un nouveau virage s’impose !

COVID-19 : quand prendre un nouveau virage s’impose !

Depuis plusieurs années, les scientifiques de la planète entrevoient l’émergence de superbactéries et l’apparition d’une pandémie liée à un virus mortel. La société, elle, a fait la sourde oreille, continuant de consommer TOUT comme s’il n’y avait pas de lendemain. Aujourd’hui, ces deux prédictions sont devenues une réalité. Serait-il temps de repenser notre manière d’agir ? Selon moi, la crise sanitaire causée par la COVID-19 se révèle un excellent moment pour commencer un virage vert et modifier nos habitudes sociales, entre autres.

COVID-19 : c’est le temps d’amorcer un virage vert !

Vous pouvez poser plusieurs gestes pour réduire votre empreinte écologique pendant la COVID-19.

  • Choisissez des fruits et des légumes non emballés. Le plastique procure un faux sentiment de sécurité. En effet, le virus reste sur les surfaces lisses pendant plusieurs jours. Apportez plutôt vos sacs en filet pour emporter vos provisions de l’épicerie à la maison.
  • Consommez des aliments produits localement. Par exemple, optez pour des viandes biologiques. Les animaux élevés dans les pays étrangers peuvent avoir ingurgité des quantités astronomiques d’antibiotiques. Surutilisés, ces médicaments augmentent la résistance des bactéries. Cela est néfaste pour la santé humaine et animale ainsi que pour l’environnement.
  • Faites vos courses à pieds ou à vélo. Vous encouragerez ainsi vos magasins de proximité : fruiterie, boucherie, poissonnerie, boulangerie… Vous apprendrez aussi à consommer de manière raisonnable, puisque vous ne pourrez transporter autant de paquets que si vous étiez en voiture.
  • Achetez des produits durables. Oubliez les articles à usage unique, comme les rasoirs, les essuie-tout ou les pailles. Si la version durable de ces produits paraît plus chère à l’achat, le temps vous prouvera le contraire. En plus, vous diminuerez le contenu de votre poubelle. En route vers le zéro déchet !
  • Remaniez votre garde-robe. Amusez-vous à créer de nouveaux agencements avec les vêtements que vous possédez déjà, puis recyclez les morceaux abîmés. Il existe des tonnes de tutoriels sur Internet, notamment sur YouTube, pour donner une seconde vie à votre linge.
  • Cuisinez plus. Faites vous-mêmes votre pain, vos gâteaux, vos muffins, etc. En épicerie, ces produits alimentaires sont vendus dans des sacs ou des barquettes en plastique, une matière des plus nocive pour l’environnement. C’est le temps de développer vos aptitudes culinaires !

COVID-19 : changer nos comportements, c’est incontournable…

Sans aucun doute, la COVID-19 nous force, bien malgré nous, à adopter de nouvelles habitudes, et ce, sur divers plans. Nous devons :

  • laver nos mains plus fréquemment;
  • éviter de toucher notre visage en tout temps;
  • tousser dans le creux de notre coude;
  • garder une distance de deux mètres ou, si vous préférez, de six pieds avec les autres.

Nous sommes également encouragés à porter des masques de protection durant nos sorties, ce qui est vraiment nouveau pour nous. (En passant, le sol n’est pas une poubelle à ciel ouvert ! Combien de masques jetables ai-je vu traîner dans les stationnements et les rues ? Incroyable !!! Cela me choque au plus haut point.) 

La COVID-19 nous pousse aussi à adopter des comportements différents avec nos pairs. Finis, les accolades, les bises, les poignées de main et les fistbumps ! Nous apprenons à saluer nos voisins, nos amis et notre famille autrement, entre autres avec le footshake.

Depuis quelques semaines déjà, nous devons penser à la portée de chacun de nos gestes. Cela nous amène à faire des choix différents. Par exemple, plusieurs décideront d’opter pour l’achat en ligne durant un certain temps afin d’éviter les contacts sociaux. (Psitt ! Les risques de transmission du coronavirus par courrier sont faibles selon Postes Canada, et même l’Organisation mondiale de la Santé.)

Ça ne fait aucun doute : la COVID-19 nous force à revoir des règles sociales établies depuis longtemps… Et si nous profitions de cette crise sanitaire pour faire un examen de conscience ? Qu’en dites-vous ? En êtes-vous là, vous aussi ?

Mélanie