Animaux de compagnie : 11 trucs pour réduire leur empreinte écologique

Animaux de compagnie : 11 trucs pour réduire leur empreinte écologique

Le confinement et la solitude liés à la pandémie de la COVID-19 vous ont donné envie d’adopter un animal de compagnie ? Je vous comprends : une boule de poils apporte tellement de bonheur dans une maison ! Pourtant, chats et chiens ont un grand impact environnemental. Leur empreinte écologique, souvent oubliée ou sous-estimée, se révèle immense ! C’est presque effrayant… Mais, comme j’ai moi-même des chats à la maison, je ne peux pas vous conseiller d’oublier votre projet d’adoption. Ce serait… incohérent. Voici donc quelques conseils pour protéger la planète tout en ayant un animal de compagnie chez soi.

Trucs écolos pour les proprios de chats et de chiens

  1. Évitez les tapis de propreté jetables. Apprenez plutôt à votre animal à faire ses besoins à l’extérieur de la maison. Pour diverses raisons, c’est impossible ? Procurez-vous des « pipi pads » lavables à la machine.
  2. Utilisez une litière végétale (copeaux de bois, résidus de maïs, coquilles de noix, papier journal recyclé…). Remplies d’additifs chimiques, dont certains cancérigènes, les litières agglomérantes ne se décomposent pas une fois au dépotoir. Imaginez l’amoncellement au centre d’enfouissement ! 😬
  3. Chassez les odeurs d’animaux naturellement. Comment ? En utilisant du bicarbonate de soude (litière, tapis, meubles…). Plutôt que d’employer des désodorisants chimiques en aérosol, optez pour des huiles essentielles (en diffusion) ou des bougies de soja.
  4. Ramassez toujours leurs besoins. Pour ce faire, employez des sacs biodégradables vendus en animalerie. Ainsi, les déjections de votre chien ou de votre chat n’iront pas polluer les cours d’eau. Et personne ne mettra le pied dessus…
  5. Fabriquez leurs jouets vous-mêmes. Évitez les bébelles colorées et, surtout, destructibles du « magasin à 1 $ ». Une boule de papier froissée ou un bout de ficelle, et votre chat s’amusera pendant des heures ! Votre chien, lui, aimera tirer sur un vieux bas dans lequel vous aurez inséré une balle de tennis. Quelques coutures, et le tour est joué !
  6. Achetez des accessoires faits à partir de matières écologiques. Vous pouvez, par exemple, vous procurer un collier ou une laisse en chanvre. Cette fibre se montre particulièrement résistante ! Elle ne cassera pas facilement, ce qui s’avère excellent pour assurer la sécurité de votre boule de poils.
  7. Choisissez bien la nourriture de votre animal. Optez pour des croquettes biologiques et végétaliennes, si possible, sans sous-produits ni additifs. Vérifiez l’origine des ingrédients. Sont-ils locaux ? En passant, vous pouvez aussi cuisiner les gâteries de vos compagnons.
  8. Utilisez des produits de toilettage – shampoings et revitalisants – non toxiques. Sélectionnez des soins naturels et biodégradables. Rappelez-vous que votre animal se lèche et qu’il peut ingurgiter des particules nocives pour sa santé.
  9. Compostez les poils morts. C’est possible, parce qu’ils font partie des déchets organiques. Au printemps, laissez les poils dans un parc ou un terrain où il y a beaucoup de petits animaux. Les oiseaux pourront utiliser cette matière pour confectionner leur nid.
  10. Faites stériliser votre chat ou votre chien. Vous éviterez ainsi que votre animal se reproduise à qui mieux mieux. (Il y a déjà surpopulation…) Les bébés non désirés se retrouvent généralement dans un refuge, où ils risqueront l’euthanasie…
  11. Adoptez un animal provenant d’un refuge. Vous sauverez une vie ! De plus, vous n’encouragerez pas le marché noir des animaux ni les fameuses usines à chiots. Les refuges accueillent des milliers de belles bêtes qui n’attendent que vos câlins et bisous.

En terminant, ne vous privez pas d’adopter un animal si vous pensez qu’il comblera vos besoins. Mais, avant d’agir, rappelez-vous que vous devrez rendre la pareille à votre futur compagnon. C’est un contrat à long terme. Alors, pensez-y bien !

Bonne réflexion,

Mélanie